Skip to main content

De Aylmer à Îsle-aux-Alumetttes : une route panoramique le long de la vallée de l'Outaouais, Partie 1

Version imprimableVersion imprimable
Auteur: 
Matthew Farfan

larger_IMG_7168.JPGOn peut découvrir de nombreuses attractions le long de la route partant d’Aylmer et rejoignant Isle-aux-Allumettes, surtout si le voyageur accepte de quitter la grand-route (148) de temps en temps. Le trajet dure entre deux et trois heures dans chaque direction et plus, selon le nombre d’arrêts planifiés.

Le parcours fort agréable et habituellement dans des conditions routières aisées offre de splendides panoramas des Collines de la Gatineau, de la rivière des Outaouais, des villages locaux et des vues de toutes sortes. Pour ceux prêts à emprunter les chemins de travers, de nombreuses découvertes les attendent.

larger_IMG_6884.JPGLa première section de la route 148 nous emmène à l’ouest d’Aylmer, le long de la rivière des Outaouais. Les paysages sont à vous couper le souffle, plus particulièrement aux alentours de Breckenridge. Ici, la route surplombe la rivière, conférant au panorama une beauté remarquable. La rivière s’élargit à l’ouest (baie de Constance); par temps ensoleillé, le bleu des eaux peut l’emporter sur celui du ciel.

Au nord, on commence à apercevoir les falaises escarpées des Collines de la Gatineau. Celles-ci marquent la limite méridionale du parc de la Gatineau. À Luskville (dans la municipalité de Pontiac), les collines paraissent particulièrement proches et, durant l’automne, les couleurs sont stupéfiantes.

larger_IMG_7167.JPGAccès au parc de la Gatineau par Eardley, tout près de la grand-route.

Plus loin sur la 148 se trouve Quyon. Ici, un traversier navigue sur la rivière des Outaouais, transportant les voitures entre le Québec et l’Ontario.

larger_museum_sign.PM_.jpgUn peu plus à l’ouest, à quelques lieues de la 148, les voyageurs pourraient souhaiter s’arrêter à Baie Norway, cette communauté autrefois florissante. Située au bord de la rivière des Outaouais, elle était un lieu de villégiature florissant à la fin des années 1800. Un siècle plus tard, elle compte encore de nombreux chalets. Un long quai s’avance dans la baie, témoin de l’ère des bateaux à vapeur qui, alors, constituaient le principal moyen de transport le long de la vallée.

Reprenant la route principale, on continue en direction de la métropole régionale de Shawville. Ici, les terres relativement plates servaient de pâturages pour le bétail ou elles étaient cultivées. Shawville est connue pour nombre de ses événements, non des moindres, la foire de Shawville, exposition agricole annuelle.

larger_IMG_6926.JPGÀ l’une des extrémités du champ de foire se trouve le musée du Pontiac, une petite institution sise dans une ancienne gare ferroviaire (1886) que l’on peut visiter les fins de semaine, en été et durant des occasions spéciales telles la fête du Canada et durant la foire le reste de l’année. Le musée abrite une collection d’objets historiques locaux.

Shawville doit sa réputation à ses coquettes maisons de brique.

À une époque, Shawville comptait plusieurs manufactures de briques. Le village tire également fierté de ses sept églises.

larger_IMG_6929.JPGUne plaisante promenade dans le centre-ville permet de découvrir de nombreuses maisons historiques, quelques-unes d’entre elles conservant encore leur décor original.

(Voir Partie 2...)