Skip to main content

Projet de sauvegarde du patrimoine du domaine des pères Sainte-Croix à Lac-Simon en Outaouais

Version imprimableVersion imprimable

larger_lac.simon_.1.jpg
--le 5 novembre 2012.

Le Domaine des Pères Sainte-Croix situé aux abords du majestueux lac Simon dans la MRC Papineau en Outaouais a été fondé en 1933. Il a été construit par les habitants du lac pour servir de lieu de repos, d’enseignement, de perfectionnement et de retraite estival pour les membres de la congrégation Sainte-Croix. Bien que sa valeur patrimoniale ait été reconnue en juin 2011 (Rapport Synthèse-MRC de Papineau Bergeron Gagnon inc., juin 2011), il n’est pas encore protégé sous la Loi du Patrimoine Culturel :

"Site du domaine des Pères de Sainte-Croix, maison de repos et résidence, au 1565, du chemin des Pères. Valeur patrimoniale supérieure : Excellent état d’intégrité architecturale, excellent état de conservation, intérêt historique, intérêt architectural (chapelle, galerie en forme de proue de navire = éléments exceptionnels), grande valeur symbolique et identitaire" (1)

Le site, d’une superficie de près de 48 acres, comporte deux bâtiments, un sentier pédestre menant aux 14 stations du chemin de croix, 2 croix de chemin de même qu’un cimetière familial privé, connu de plusieurs mais non balisé et dont les origines remontent à la famille Groulx, premiers colonisateurs du canton. Les bâtiments principaux sont l’œuvre d’un architecte ayant participé à la réalisation de l’Oratoire Saint-Joseph, soit le sculpteur montréalais Louis Ovide Parent (1909-1982). Ils attestent de son originalité et de sa grande créativité.

Le bâtiment principal aussi appelé maison de repos est doté de deux lieux de culte, dont une splendide chapelle rustique, des salles polyvalentes et une cinquantaine de chambres. Il se démarque par son architecture originale qui imite la forme d’un immense paquebot rappelant les ‘bateaux blancs’ qui sillonnaient le St-Laurent dans les années 30. Sa galerie, telle la poupe d’un navire, s’avance sur le lac alors que sa tour octogonale prend l’allure de la vigie.

larger_lac.simon_.2_0.jpgLa chapelle se distingue par son cachet rustique. Habilement décorée en rondins et en croûte de bois par le père Jean Tétrault, sa valeur artistique mérite d’être connue du grand public. Bien qu’on lui attribue la réalisation des vitraux de l’église Saint-Germain d’Outremont, on oublie souvent de reconnaître les multiples facettes de son talent. Le confessionnal est fait de branches. L’Autel tout comme le Tabernacle sont fait de billes de bois merveilleusement bien décorées. S’y trouve également une magnifique fenestration représentant les douze apôtres de même que plusieurs belles fresques.

Le bâtiment secondaire, appelé pavillon Georges-Gagnon, est tout aussi remarquable. Sa tour centrale se dresse tel un phare sur la pointe d’une crête de roches devant le lac. Avec son parement blanc, il s’impose comme étant le gardien des lieux. Il vient compléter le thème nautique du bâtiment principal, de ce bateau prêt à s’élancer sur le lac. Il abrite une cuisine, un réfectoire, une bibliothèque et quelques chambres. Le mur du côté nord, avec son immense vitrail en forme de rosace laisse pénétrer la lumière dans le réfectoire.

larger_lac.simon_.3.jpgLes matériaux utilisés pour la construction des bâtiments proviennent du bois local de la scierie Singer. S’ajoutent aussi plusieurs éléments récupérés dans la démolition du poulailler du Collège Saint-Laurent et du camp Ermitage à Cartierville. Plusieurs pièces d’ornements (portes intérieures et extérieures, moulures décoratives, vitraux etc.) proviennent de l’ancienne église presbytérienne St-Paul (1867-1931) qui prenait place rue Dorchester à Montréal. Expropriée et démontée en 1931, cette église aura été reconstruite sur les terrains du Collège Saint- Laurent à la même époque que s’est faite la construction des bâtiments à Lac-Simon, ce qui explique la présence de telles pièces.

En tant que lieu de culte unique sur le territoire de la municipalité de Lac-Simon, le domaine des pères a participé au déroulement de son histoire chrétienne et il s’est bien incrusté dans la représentation collective des résidents et villégiateurs. Lors des messes dominicales, plusieurs villégiateurs s’y rendaient en bateau. Au fil des ans, il est devenu la partie du lac qu’on appelle le ˝domaine des pères ˝ou la ˝pointe des pères˝. La baie du secteur, dont le nom véritable est baie Groulx, est plus souvent qu’autrement appelée la ˝baie des pères˝. La population s’est donc véritablement attachée au domaine et tous entretiennent des liens affectifs forts développés sur plusieurs générations. Plusieurs personnages historiques et célèbres y ont séjourné dont le père Émile Legault, metteur en scène, dramaturge et fondateur de la troupe Les Compagnons de St-Laurent. Pensons également au Père Albert Cousineau, supérieur de l’Oratoire St-Joseph et proche ami du frère André pour n’en nommer que quelques-uns.

Malheureusement, au printemps dernier, nous apprenions que le domaine serait prochainement mis en vente et que la firme engagée par la congrégation avait présenté son projet de développement à la municipalité de Lac-Simon. Ce projet ne tenait pas compte du patrimoine des lieux et les bâtiments seraient vraisemblablement démolis.

C’est dans cet esprit de sauvegarde du domaine, tant au niveau de sa valeur patrimoniale, qu’au niveau de sa grande valeur naturelle, qu’un groupe de citoyens, voisins immédiats du domaine, s’est concerté pour le faire protéger. Une pétition a été mise en ligne,(2) des articles ont été publiés dans les journaux, des entrevues ont été réalisées et plusieurs demandes d’appui ont été acheminées aux associations, organismes etc. dans le domaine du patrimoine, de l’histoire et de l’architecture. Une demande de citation a été présentée à la municipalité de Lac-Simon et une demande de classement a été soumise au Ministère de la Culture et des Communications. Dans l’attente de ces réponses, le groupe s’est mobilisé pour élaborer son propre projet de développement pour le domaine. Il a ciblé les quatre objectifs suivant :

1. Protéger et mettre en valeur le patrimoine religieux (chapelle et présence de la congrégation à Lac-Simon depuis 1933);
2. Protéger et mettre en valeur le patrimoine historique (colonisation du territoire par les chrétiens et les protestants, présence amérindienne)
3. Protéger et mettre en valeur le patrimoine archéologique (cimetière caché sur le terrain);
4. Protéger et mettre en valeur le patrimoine naturel (milieu humide à haute valeur écologique, écosystème et sa riche biodiversité)

Avec de tels objectifs, le groupe se dotait de la mission suivante :

assurer la protection et la valorisation de l’ensemble du domaine des pères dans le respect de son patrimoine bâti et la conservation de son milieu naturel par la mise en place d’activités récréatives, touristiques, culturelles, spirituelles, éducatives, sportives, sociales et scientifiques pour le bénéfice de toute la population de la MRC Papineau et des villégiateurs de la région.

Les fonds nécessaires ont été trouvés et une offre d’achat a été présentée à la congrégation. A l’heure actuelle, nous sommes en attente d’une réponse. À suivre…

N.B. : Les photos sont une gracieuseté de la photographe-infoCatherine Perrasgraphe