Skip to main content

RÉSOLUTION DU RPAQ: "Le Réseau du patrimoine anglophone du Québec dans le temps de la réconciliation"

Version imprimableVersion imprimable

--June 26, 2018.

RÉSOLUTION

Extrait officiel du procès verbal de l'assemblée générale annuelle du RPAQ, tenue à Québec le 9 juin 2018:

"Considérant que cet énoncé a été conçu comme un moyen d’entamer une réflexion sur le rôle que le Réseau du patrimoine anglophone du Québec peut jouer dans le processus de réconciliation entre les Canadiens autochtones et non autochtones qui reconnaît honnêtement les conséquences des pertes de territoires, de la langue et de la culture des communautés autochtones du Québec et du Canada durant les quatre derniers siècles. Le RPAQ s’est informé en consultant plusieurs documents clés traitant du débat national sur la réconciliation, notamment ceux s’appuyant sur les conclusions tirées par la Commission de vérité et de réconciliation (CVR). Bien que concernée avant tout par la réparation des séquelles liées aux pensionnats du Canada, la CVR recommande de nombreuses mesures traitant des conséquences et traumatismes découlant des politiques coloniales et gouvernementales du Canada qui sont proposées comme point de départ afin de comprendre et partager ce passé.

Considérant que définir les limites du patrimoine ‘anglophone’ du Québec se complexifie au vu de la diversité ethnique des personnes qui parlent quotidiennement en anglais dans l’ensemble de la province. Les débats sur les véritables Québécois d’expression anglaise jouent un rôle dans le développement et l’implantation de politiques de la langue dans de nombreuses sphères de la vie publique du Québec. Pour les Premières Nations qui avant tout et presque exclusivement s’expriment en anglais dans la vie de tous les jours, la question de l’identité linguistique est encore plus tendue : l’usage courant et la connaissance de la langue ont été indélébilement façonnés par des siècles de politiques visant à effacer les langues et cultures traditionnelles autochtones par l’assimilation dans les communautés dominantes d’expression anglaise ou française. Le système des pensionnats ne représente qu’un exemple majeur. En même temps, les communautés autochtones québécoises peuvent être considérées comme juste une poignée de lieux dans la province au sein lesquels les personnes d’expression anglaise s’accroissent démographiquement. Dans ces multiples contextes, le temps est venu pour le RPAQ de réfléchir d’un œil critique sur l’étude et la défense du patrimoine anglophone du Québec et de déterminer ce que nous pouvons faire au niveau de l’esprit de la réconciliation à l’échelon local, provincial et national.

Par la présente, il est résolu que le RPAQ affirme son engagement dans le processus de réconciliation et qu’il encourage son conseil ainsi que ses membres (y compris les membres individuels et institutionnels) à exécuter les actions suivantes, telles que définies dans Commission de vérité réconciliation du Canada : Appels à l’action (2015) et Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (2007) :

1) Lire et se renseigner sur les recommandations émises par la CVR dans Commission de vérité réconciliation du Canada : Appels à l’action. (2015).

2) Lire et se renseigner sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones que la CVR a défini comme cadre fondamental quant à la réconciliation considérée comme pratique continue.

3) Créer un comité afin de discuter des thèmes fondamentaux contenus dans ces documents ainsi que leurs implications sur le RPAQ. Suite aux résultats des délibérations de ce comité, le RPAQ rédigera un deuxième énoncé sur le sujet de la réconciliation qui sera soumis à l’approbation du comité.

a. Si possible, dans l’esprit de dialogue et de vérité prôné par la CVR, nous devrions inviter un ou plusieurs experts autochtones québécois à donner leur avis et points de vue durant cette rencontre et/ou suite à tout énoncé ou plan d’action proposés par notre organisme.

3) Encourager une réflexion et une recherche active, participation et, si nécessaire, une reconnaissance honnête et une prise de conscience directe de la part des institutions québécoises d’expression anglaise du système des pensionnats."

Proposé par : Glenn Patterson
Appuyé par : Terry Loucks

Résolu à l'unanimité